Comprendre La RT2012 | RT 2012 expliquée simplement !

D’autres questions sur la norme RT2012? n’hésitez pas à nous appeler au 04 94 70 60 93

La RT2012 – des exigences de résultats et de moyens

Question: quelles sont les 3 principales exigences de la réglementation RT2012

Réponse: Un bâtiment neuf devra respecter 3 exigences globales :

  • Bbio max : Exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti Bbiomax :
  • Cep max : Exigence de consommation maximale d’énergie primaire, 50 kWhEP/m2.an en moyenne.
  • Tic : Exigence de confort d’été

Question: qu’est-ce que le CEP

Réponse: Le Cep (Coefficient d‘Energie Primaire) est l’une des trois exigences de la RT 2012. Ce coefficient représente la consommation conventionnelle d’énergie primaire de votre projet, portant sur les consommations de chauffage, de refroidissement, d’éclairage, de production d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs).

La Consommation d’énergie primaire est calculée en kW par m² et par an. Ce coefficient prend en compte 5 usages : le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation, l’éclairage et les auxiliaires (ventilateurs, pompes). Selon la RT 2012, l’indice Cep d’un bâtiment ne doit pas dépasser la valeur Cepmax de 50 kWh/m²/an en moyenne

Question: qu’est-ce que le Tic (Température intérieure de consigne)?

Réponse: Le Tic est la Température intérieure de consigne.
Il correspond à la température maximale atteinte au cours d’une période de forte chaleur.

C’est donc une exigence de confort d’été Tic, représentée par la température intérieure atteinte au cours d’une séquence de 5 jours chauds qui doit être inférieure à une température de référence (Tic). Elle ne doit pas dépasser 26°C.

La valeur Tic d’un projet doit être inférieure à la valeur du Ticref définie par la réglementation thermique.

Question: CEP – En quoi énergie Primaire et Energie Finale sont-elles différentes

Réponse: La réglementation thermique 2012 exprime des exigences en matière d’énergie primaire,
L’énergie finale (kWhEF) est la quantité d’énergie disponible pour l’utilisateur final.

L’énergie primaire (kWhEP) quant à elle, est la consommation nécessaire à la production de cette énergie finale.

Par convention, du fait des pertes liées à la production, la transformation, le transport et le stockage :

Question: qu’est-ce que le Bbio (Besoin bio climatique) et Bbiomax?

Réponse: Le Bbio, ou Besoin Bioclimatique, est l’une des trois exigences de la RT 2012. Ce coefficient représente l’efficacité énergétique du bâti de votre projet.

il remplace l’Ubat de la RT 2005. Pour mesurer la qualité de conception d’un bâtiment, il prend en compte son besoin en chauffage, en climatisation et en éclairage artificiel. L’indice Bbio d’un bâtiment ne doit pas dépasser une valeur maximale appelée Bbiomax. Le Bbiomax fixe une limitation du besoin en énergie pour les composantes liées au bâti (éclairage, chauffage et refroidissement ).

Le Bbiomax est modulé en fonction de la typologie du bâtiment, de son altitude et localisation géographique .
Pour les maisons individuelles ou accolées, une modulation permet en outre de tenir compte de la surface, afin de ne pas pénaliser les petites constructions.

Question: Comment le Bbio est calculé?

Réponse:  Le Bbio (sans unité) se calcule par la formule suivante :

Bbio = 2 x Besoin en Chauffage + 2 x Besoin en Refroidissement + 5 x Besoin en éclairage

Question: Comment réduire le Bbio?

Réponse:

Afin de réduire ce coefficient, il faut optimiser le bâti indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre. Que vous choissisiez une pompe à chaleur ou une chaudière gaz, le Bbio reste exactement le même. En reprenant la formule détaillée ci-dessus, on comprend qu’il faut diminuer en priorité le besoin d’éclairage mais aussi le besoin de chauffage et refroidissement.

En diminuant le besoin de chauffage

Il existe de nombreuses solutions permettant de réduire le besoin en chauffage d’un bâtiment :

– Opter pour une conception bioclimatique de votre projet. Il est essentiel de maximiser les surfaces vitrées orientées sud afin de profiter des apports solaires (gratuits) et minimiser les surfaces vitrées orientées nord, pour lesquelles les déperditions thermiques sont systématiquement plus élevées que les apports solaires. L’optimisation de la compacité du projet, afin de réduire la surface déperditive, est également importante.

Augmenter l’épaisseur d’isolant,

Traiter les ponts thermiques en proposant une isolation par l’extérieur, ou en mettant en place des rupteurs de ponts thermiques,

– Proposer des portes et fenêtres de qualité (triple vitrage, thermiquement optimisées).

En réduisant le besoin d’éclairage

Le poste éclairage est un poste de consommation majeur. Afin de diminuer le besoin d’éclairage, il faut augmenter la surface vitrée du projet afin d’optimiser l’éclairage naturel. Il faudra néanmoins être prudent sur l’augmentation de la surface vitrée puisqu’un vitrage est plus déperditif qu’un mur isolé.

En réduisant le besoin de refroidissement

En été, les apports par rayonnement solaire sont importants et peuvent engendrer une surchauffe. Cette problématique intervient surtout dans le sud de la France et peut être optimisée via des protections solaires (volets, masques, etc), une amélioration de l’inertie, etc.

No Comments

Be the first to start a conversation

Leave a Reply

  • (will not be published)